dimanche 6 août 2017

Autolâtre ...




Macron, c’est quelqu’un qui n’a jamais des gestes que pour lui-même, pour sa réussite personnelle, qui n’a jamais investi dans le rapport à l’autre. Il n’y a pas un geste dans sa carrière, dans tout son parcours politique, qui soit fait pour l’autre. 

Juan Brancon

mardi 25 juillet 2017

Le combat d'une mère, soutenue par Luc Besson et Nicola Sirkis


Viel article paru dans la dépêche . Nous sommes dans l'instant Besson , alors je le dépose de nouveau sur mon blog .

Le combat d'une mère, soutenue par Luc Besson et Nicola Sirkis

Solidarité. Michelle Brun mobilisée pour son fils Valentin atteint d'une maladie rare.

Pour Michèlle Brun, mère de Valentin, 16 ans, « c'est une histoire pleine d'espoir ». Pour témoigner du courage dont a fait preuve son fils, alors âgé de cinq ans, face à la maladie, cette maman a écrit un livre, « Waza », une sorte de cri de guerre, préfacé par deux personnalités du spectacle, Nicola Sirkis du groupe Indochine et le cinéaste, Luc Besson. « Tous deux ont réalisé les rêves de mon fils » dit-elle. Tout commence lorsque Valentin développe les premiers signes d'une maladie, appelée craniopharyngiome : « Il a commencé à avoir de gros problèmes de vue », raconte Michelle. Valentin développe une tumeur bénigne au cerveau. Débute alors la course aux hôpitaux et aux traitements. « Un jour, j'entends à la radio que l'association des Petits Princes réalise les rêves des enfants malades. Aussitôt, sans hésiter, j'envoie un mail décrivant la maladie de Valentin : « Dans l'heure la réponse ma parvenait. Luc Besson proposa d'inviter Valentin sur l'un de ses tournages ; Indochine préfaça Waza et convia mon fils à l'un de ses concerts ».

Conte de fée

En 2005, l'adolescent descend les mythiques marches du Palais du Cinéma à Cannes : « J'ai vécu un conte de fée ». Valentin rêve de travailler dans le septième art comme régisseur. « Je sais que c'est difficile mais je m'accroche ». Valentin a en effet une vue déficiente qui le pénalise, en particulier pour passer son permis de conduire. Ce qui n'empêche pas l'adolescent de projeter un grand voyage au bout du monde : « Je veux partir très loin ».